Crèches privées : un marché à suivre !

crèche

crèche

crèche

crèche

Pénuries de places et subventions en berne : les crèches municipales ne parviennent pas à faire face à la demande croissante pour ce monde de garde. De plus en plus de municipalité délèguent ce service public à des réseaux de crèches privées : un secteur en plein boom !

La crèche, plébiscitée par les parents

Les jeunes parents sont particulièrement enthousiastes à l’idée de placer leurs enfants en crèche. Problème : un manque de places chronique, de longues listes d’attente, des incompréhensions et des galères en cascade ! Les entreprises de crèches, aussi appelées « crèches privées », ajoutent leur pierre : sur 429 200 places disponibles en France, elles en représentent, pour l’heure, 37 000. Une part non négligeable, et qui est en passe d’augmenter !
Les crèches privées, le futur de la crèche ?

La Fédération des entreprises de crèches, qui regroupe une quarantaine de réseaux et marques, a fait paraître un livre blanc début 2017. Parmi les propositions marquantes figure la volonté d’élargir l’offre d’accueil avec la création de 10 000 places supplémentaires, sans pour autant ouvrir de nouveaux établissements, mais en accueillant tout simplement davantage d’enfants dans chacun des 1 200 établissements présents sur le territoire. Le tout, sans nuire à la qualité de vie des petits !

Un projet ambitieux et non dénué d’intérêt : ces nouveaux berceaux ne coûteraient pas un seul centime à l’État, soit une économie de 400 millions d’euros par rapport à l’ouverture de nouvelles infrastructures publiques. Les gestionnaires privés mettent aussi en avant la volonté de pérenniser et de faire évoluer les quelques 12 000 emplois actuels du secteur.

Un secteur à investir

On estime actuellement la rentabilité annuelle du marché des crèche privées à 5%. Nombre de « poids lourds » du secteur ont un chiffre d’affaires qui dépasse les 100 millions d’euros. Bref, c’est un domaine à investir si vous êtes fournisseur de biens dans le domaine de la puériculture ! Produits d’éveil, mais aussi d’hygiène ou de change, les besoins sont réels et risquent de croître. Les contrats sont moins difficiles à obtenir qu’avec les structures publiques, puisque les établissements privés ne sont pas soumis exactement aux mêmes contraintes administratives et disposent d’une certaine marge de manœuvre. Bref, investissez le secteur, c’est le bon moment !

Les entreprises de crèche accueillent aujourd’hui 10% des enfants gardés en structure collective ; un chiffre qui est appelé à évoluer face à l’ampleur de la demande. Le dynamisme du secteur est en pleine croissance, il est temps d’en profiter !